4 jours pour oser, « ça peut sauver des vies »

Courant mai, de nouveaux Haut-Alpins traversant une mauvaise passe s’accorderont « 4 jours pour oser ». Pour les participantes de la session 2021, cette parenthèse a été synonyme de renouveau dans leur vie.

Voir l'image en grand

«Ça peut sauver des vies », murmure Christelle, près de trois mois après avoir participé à « 4 jours pour oser », en novembre 2021. « On incite vraiment tout le monde à saisir cette opportunité, à profiter de chaque instant qu'offre ce stage », s'enthousiasme-t-elle, à l'unisson avec celles qui ont partagé à ses côtés cette expérience, animée par Régine, conseillère en économie sociale et familiale, et Sylvie, conseillère conjugale et familiale.

Une action renouvelée ce mois-ci et en octobre pour la saison 2022, à laquelle participeront des volontaires orientés par leurs référents sociaux, qu'il s'agisse d'agents du Département, de Pôle emploi ou d'un Centre communal d'action sociale.

Ce que fera naître cette parenthèse remplie de positivité dans ce nouveau groupe ? On ne peut préjuger de rien, « chacun d'eux est unique », analyse Régine.

Véritable prise de conscience

La présentation du bilan de la « promo » 2021, début mars à l’Hôtel du Département, augure de bons présages. Pour preuve, cinq des huit participantes ont tenu à être présentes ce jour-là. « Je me souviens de vous lors de votre tout premier jour. Vous voir aujourd'hui presque transformées et être aussi à l'aise en vous exprimant devant des gens que vous ne connaissez pas. C'est beau », se réjouit Yvan, référent enfance et famille à la Maison des solidarités Gap/Cézanne. La séance de lecture théâtralisée à laquelle il a collaboré en tout début de stage a visiblement déclenché quelque chose chez Christelle, Pauline, Édith, Maryline et Delphine... Tout comme l'ensemble de ces « 4 jours pour oser ».

Construite autour d'ateliers et d’exercices type saynètes, portraits chinois, lectures..., l'approche atypique de cette initiative a pourtant détonné à ses débuts, jusqu'à laisser perplexes certains professionnels.

Mais les faits sont là, ces quatre jours ont « boosté » ces femmes, leur ont permis « de prendre conscience pas mal de choses », de voir en elles des qualités dont elles ignoraient l'existence, « de gagner en confiance », « de s'autoriser à avoir des projets professionnels ».
Elles sont unanimes, ce stage a changé leur vie. En route vers un avenir plus ensoleillé, elles appellent de tous leurs vœux la poursuite de ces « 4 jours pour oser » et espèrent que bien d'autres, après-elles, auront l'occasion d'aller de l'avant grâce à ce dispositif que Régine et Sylvie souhaitent pérenniser. Et de rappeler qu'elles et leurs collègues poursuivront leur travail aux côtés des participantes afin que perdure la dynamique positive insufflée par ce stage.


Ajouter un commentaire

Captcha antispam